Une socianalyse est indiquée au sein d’une organisation :

  • en cas de problème insoluble en interne : un conflit, un blocage, une contradiction insurmontable, un projet qui ne démarre pas, une crise ouverte ou larvée, une situation pénible au travail, un cas de harcèlement moral ou sexuel…
  • pour satisfaire une envie d’inventer de nouvelles formes, de nouveaux comportements, de nouvelles pratiques.

L’intervention d’extérieurs devient nécessaire pour s’en sortir. Les socianalystes vont aider à construire les conditions pour que les protagonistes concernés soient en capacité de faire eux-mêmes collectivement l’analyse. A partir de cette analyse, l’assemblée des participants à la socianalyse pourra construire ses propres ajustements et transformations au sein de l’organisation.

Cette méthode d’intervention est issue de l’analyse institutionnelle, un courant sociologique, qui se propose de mettre au jour les dynamiques de fonctionnement d’une entité sociale. En socianalyse, il ne s’agit pas seulement de comprendre, mais d’agir pour comprendre : l’objectif des extérieurs est donc d’intervenir directement dans la situation critique. L’intervention permet de révéler les logiques sous-jacentes au fonctionnement de l’organisme client, les dynamiques qui le traversent, et ce faisant redonne une capacité d’action aux acteurs.

Les dispositifs les plus courants sont construits sur une durée de 2 à 5 jours

Le staff intervenant se compose de 2 ou 3 socianalystes

Si vous êtes une organisation et que vous souhaitez faire appel à une socianalyse, contactez-moi pour plus de renseignements

 

Qu’est-ce que l’analyse institutionnelle ?

Née à la fin des années 60, l’Analyse Institutionnelle (AI) est un courant de sociologie critique qui a pour objet de mettre en lumière les dynamiques de fonctionnement d’une entité sociale : sa naissance, son évolution, son dépérissement ou sa dissolution, sa renaissance, sa transformation, ses mutations, etc.

Il s’agit d’une approche fondamentalement expérimentale, prenant racine dans de nombreux courants des sciences humaines (la psychothérapie, la pédagogie institutionnelle, l’intervention psychosociologique, la sociologie politique, la philosophie…), et dans les courants surréalistes, politiques critiques.

L’AI dépasse la définition traditionnelle de l’institution en tant qu’établissement, une forme sociale établie sur laquelle les individus n’auraient pas prise. Au contraire, pour l’AI, l’institution englobe toute façon de faire, toute manière de vivre ensemble et de travailler, toute forme sociale, et constitue le produit d’une construction dynamique sans cesse soumise à des forces contraires, à des jeux de pouvoir.

L’AI promeut l’idée qu’analyser et comprendre les situations de crise, les enjeux et rapports de force qui les traversent, permet de conduire leurs évolutions et d’instituer de nouvelles formes. Elle propose de substituer la critique à la crise. Le concept d’institution, tel que redéfinit par l’AI, permet d’analyser à la fois les individus, les groupes et la société.

La socianalyse institutionnelle est la méthode d’intervention de l’Analyse Institutionnelle (une critique en acte). Elle vise à comprendre une réalité sociale à partir des pratiques et des énoncés des acteurs eux-mêmes. La frontière entre la théorie et la pratique est alors abolie, ainsi que celle entre l’expert et le non-expert.

Textes rédigés par Marianne Mercier et Flore Ville-Gilon